choose your language:
LE SITE OFFICIEL D'ARMAN
 
 
 
 
 
   16/12/10  
 
 
   02/07/10  
 
 
   06/04/10  
 
 
   24/02/10  
 
 
   24/02/10  
 
 
   24/02/10  
 
 
   24/02/10  
 
 
   06/11/09  
 
 
   25/10/09  
 
 
   16/06/09  
 
 
   01/06/09  
 
 
   17/12/08  
 
 
   22/11/08  
 
 
   10/11/08  
 
 
   09/11/08  
 
 
   08/11/08  
 
 
   10/04/08  
 
 
   01/08/07  
 
 
   25/07/07  
 
 
   04/07/07  
 
 
   03/07/07  
 
 
   02/07/07  
 
 
   13/06/07  
 
 
   10/06/07  
 
 
   04/06/07  
 
 
   02/06/07  
 
 
   25/05/07  
 
 
   15/05/07  
 
 
   25/02/07  
 
 
   03/02/07  
 
 
   11/01/07  
 
 
   21/11/06  
 
 
 
 
De Paris, Taiwan, Shanghai et San Francisco – février 2007 - (25/02/07)
 

Je suis à Paris pour célébrer le 30ème anniversaire du Centre Pompidou où, le 22 novembre dernier, s’est tenu le très animé Mémorial pour Arman. Devant une audience de 500 invités, le Président Jacques Chirac prononce un discours éloquent sur ce que le Centre a signifié pour les Parisiens, pour la France, et pour le reste du monde. Sous les feux de la rampe, il y a aussi Madame Claude Pompidou, la veuve de l’homme qui a donné son nom au Centre et qui a été un bon et fidèle ami durant des années. A la cérémonie, je rencontre aussi notre vieil ami, l’artiste Jean-Pierre Raynaud, que je n’avais pas revu depuis la disparition d’Arman. Il prolonge ses condoléances.

TAIWAN :
Mes enfants Yasmine et Philippe-Alexandre me rejoignent à Taiwan pour l’inauguration de la sculpture d’Arman, « Stop, Look and Listen », qui est un des projets sur lesquels il a travaillé avant sa disparition. Nous sommes reçus par Pierre Martin et sa femme Wang Yi Ling. Il est le Directeur de Blue Dragon Art, une société privée de Conseil en art, à qui on a commandé cette œuvre en 2004. A l’inauguration même nous sommes rejoints par le Maire de Taiwan, le Ministre des Transports et d’autres dignitaires étroitement impliqués dans le projet ainsi que de nombreux artistes locaux. Durant notre séjour, nous allons à une exposition de poteries céladon et je suis émerveillée par tous les trésors du Musée National, dont un grand nombre  fut évacué hors du  pays lors de la révolution de 1949 menée par Tchang Kai-Chek. Par miracle, les trains et les bateaux transportant cet art et ces artefacts inestimables ont à plusieurs reprises échappé aux bombardements dans leur long périple comme si des anges gardiens veillaient sur eux.

SHANGHAI :
La ville dynamique de Shanghai ressemble maintenant à un monde futuriste hors de Jetsons – un immense changement depuis qu’Arman et moi-même étions venus en 1978 peu de temps après son ouverture à l’Ouest. Alors, tout le monde était vêtu de manière uniforme avec des vestes militaires Mao bleues ou vertes, des pantalons et des chapeaux, mais on pouvait avoir un aperçu de costumes de couleur en dessous et les enfants étaient vêtus d’habits à motifs floraux éclatants. Maintenant les foules sont vêtues de manière très en vogue et les voitures engorgent les rues qui étaient à l’époque bloquées par les « flying pigeons » - les bicyclettes. Arman a pris de  nombreuses « accumulations » de photos des vitrines de magasins d’assiettes et de tasses émaillées colorées. Je me rappelle qu’un jour les guides qui nous accompagnaient à travers la ville durant ce voyage, nous ont informés qu’il pouvait y avoir un changement dans l’emploi du temps. Au lieu d’une visite promise du très considéré site antique, nous étions allés dans d’autres lieus qu’ils n’ont pas définis tout de suite. Nous étions déçus jusqu’à ce que nous découvrions que nous étions en route pour Xian, qui avait fait les grands titres internationaux récemment à cause d’une découverte archéologique majeure. Soudain nous étions au milieu du site de fouilles, entourés par des centaines de soldats d’argile, les gardes désignés de la tombe de Xian. Même si les photos n’étaient pas autorisées, Arman avait caché un appareil photo sous sa veste et subrepticement commença un mitraillage de photos. Il était comme un enfant dans un magasin de bonbons et nous avons été privilégiés d’avoir été parmi les premiers à poser les yeux sur ces statues grandeur nature, jusqu’au socle gravé de l’archer à genoux. Pendant  que nous étions à Shanghai, nous ne manquons pas d’aller voir trois des sculptures publiques d’Arman exposées : une représentation de Vénus située à l’intérieur du Shanghai Opera House, un violoncelle découpé et soudé au Music-Hall et « Cavalleria Eroica », une accumulation de chevaux moulés en bronze sur une voie très fréquentée que je peux voir depuis ma fenêtre au 29ème étage du Shanghai Ritz Carlton.

SAN FRANCISCO :
Tandis que Yasmine et Philippe retournent à New York, je poursuis mon voyage à San Francisco pour le gala de vernissage de l’exposition « The Masters of French Jewelry » à la Legion of Honor Fine Arts Museum de San Francisco. Cette exposition, montrée en premier lieu à la Forbes Gallery de New York avant Chicago et San Francisco, a été organisée par mon amie Judy Price, qui a écrit le livre qui accompagne l’exposition et qui est historienne de la joaillerie de renommée internationale et une aficionado. Faisant partie de la collection présentée, il y a le bracelet manchette en or incrusté de diamants d’Arman, une de ses nombreuses  créations en joaillerie. Il s’est amusé à travailler avec des médiums variés et travailler les pierres précieuses était simplement l’un d’entre eux. Ses créations avaient l’éclat, l’esprit élégant et la fantaisie. Et je suis un fier mannequin de la joaillerie d’Arman au dîner de gala où je suis heureuse d’être placée à la table de Judy et John Buchanan, le Directeur du Musée, et son épouse Lucy. Dans son discours d’ouverture, il mentionne aimablement mon arrivée de Shanghai et de Taiwan pour l’inauguration de « Stop, Look and Listen » d’Arman.  

 
 
 
 
Copyright Arman Studio 2008 - All right reserved - photo credits : François Fernandez, Jean Ferrero - Legal mention - Arman